1 mois de journal : 2. Dans les starting blocks

Ce programme, disponible par mail à n’importe quel moment de l’année, se compose comme suit :

1. Avant de commencer, préparer le terrain
2. Dans les starting blocks <- Vous êtes ici.
3. Top départ
4. Mise en place d’une habitude
5. Etat d’esprit
6. Régularité
7. Récapitulatif


Dans la section précédente, je vous parlais des problèmes physiques qu’on pouvait rencontrer quand on veut mettre en place une habitude, comme tenir un journal d’écriture tous les jours pendant un mois. Il y a un autre type de soucis…

Comment tenir sur le mois ?

Pour les défis relativement longs, la motivation seule ne suffit pas.

Il suffit qu’on décroche un jour — un jour ce n’est pas grave en soi —, et on permet un deuxième et on finit par décrocher totalement. Plus on a lâché, plus c’est dur de s’y remettre. On fixe un jour (le week-end ou le lundi suivant) comme redémarrage et, pour une raison x ou y, on n’y arrive pas ou simplement, on oublie.

Et puis, on était bien avant de tenter ça, non ? Notre cerveau nous trouvera 15 012 raisons pour qu’on reste là où on est, parce qu’il a la flemme de changer. Ce qu’on appelle l’inertie.

En plus, si on n’a pas de rappel régulier ou de comptes à rendre, ce n’est pas grave. Il n’y a que nous qui sommes au courant. On ne va pas aller clamer publiquement qu’on s’est planté, hein ! Ben justement…

Check-list pour tenir

Pour réussir ce type de défi (et pour toute autre mise en place d’habitude), on peut court-circuiter la flemme, le manque de motivation et toute autre excuse avec :

  • Une bonne raison ;
  • Des récompenses progressivement puis au terme du défi ;
  • Un suivi et des comptes à rendre.​

Une bonne raison

Si vous faites un défi pour suivre quelqu’un, sans autre raison, vous allez tout simplement vous planter. Il faut chercher le fin mot de l’histoire, qu’est ce que ça va pouvoir vous apporter ? Pourquoi ? Comment ?

Pas besoin d’en faire des tonnes. Pas besoin de clamer ça au monde entier. Pas la peine de vous mettre le couteau sous la gorge.

Il suffit juste de quelques lignes, voire quelques mots, sur un bout de papier pour vous rappeler pourquoi vous voulez faire ça. Si vous avez un journal, notez le dedans ou glissez le papier dedans.

Dans le cas de notre journal, vous pouvez piocher dans les raisons suivantes :

  • ​Servir d’échauffement avant d’écrire à proprement parler ;
  • Servir de fil rouge pour écrire tous les jours, même si on a pas d’idées sur les projets en cours ;
  • Avoir un rendez-vous quotidien avec l’écriture ;
  • Mettre un peu d’ordre dans toutes les idées qui tourbillonnent dans votre tête ;
  • Lister, ordonner et prendre en compte les priorités pour les projets et leurs étapes ;
  • Râler sur les soucis d’intrigue ou les personnages récalcitrants ;
  • Aborder un texte sans être « dans un personnage », de façon objective et synthétique pour trouver comment placer les pièces du puzzle.

Des récompenses

J’ai jamais aimé bosser dans le vide. Même pour du développement personnel. Oui, à la fin, on a une jolie habitude qui nous aidera à mieux vivre. Oui, on sera plus calme/zen/dynamique/en meilleure santé/n’importe quel argument.

Mais là, tout de suite, quand vous luttez pour mettre ce fichu stylo sur le papier, quand vous devez vous faire violence pour enfiler vos baskets de sport, quand vous fermez les yeux et que vous vous dites que ce n’est qu’un mauvais moment à passer en mangeant ce légume que vous détestez. Là, l’argument, vous vous en fichez pas mal. Surtout si vous vous êtes forcé ces derniers temps. Si c’était si facile, personne ne raterait jamais de régime, par exemple.

À vous de choisir des petites récompenses, aussi minimes soit-elles, pour rester motivé(e). Pas la peine de dépenser des sommes folles ou de développer des trésors d’imagination :

  • un automassage, une méditation, une relaxation ;
  • un produit de beauté ou l’utilisation d’un d’eux (un masque ou un gommage en tube par exemple, c’est assez peu cher et ça se réutilise !) ;
  • un stylo (on parle pas des stylos-plumes à trois chiffres, hein, mais des standards à un seul) ;
  • une session câlin avec le/la chéri(e)/le chat/le chien/votre enfant/n’importe qui tant que ça fait plaisir aux deux et que l’autre personne est d’accord, à défaut, j’ai un coussin cœur avec des bras IKEA et i​l est génial pour ça ;
  • une session de coloriage pour adulte, Zentangle ou n’importe quel hobby créatif du genre, attention à limiter le temps en fonction de la réussite, on ne fait pas 3 h de scrapbooking tous les 2 jours si on a fait 5 minutes de journal à chaque fois et qu’on a une liste longue comme les 2 bras de tâches pour le boulot et la maison ;
  • un repas un peu plus classe ou un peu plus plaisir que les pâtes bolo, le riz à la crème ou la pizza surgelée ;
  • une session bouquinage, là aussi, en proportion.

 

Vous pouvez aussi prévoir une plus grosse récompense à la fin du mois :

  • un resto ;
  • une sortie entre potes ;
  • un​ nouveau livre ;
  • un nouveau carnet ;
  • un kit de matos créatif ;
  • un massage en institut ;
  • une demi-journée rien que pour vous et/ou qui vous permettrait de profiter des bénéfices de cette habitude fraîchement acquise.

À vous également de déterminer si vous voulez cibler un nombre de jours total sur le mois (5 jours par semaine et 21 sur le mois), un nombre de jours consécutifs (5 jours d’affilée pour une récompense ou une récompense qui grossit à chaque fois qu’on passe les caps suivants : 5, 10, 15, 20, 25 et 30 ou 7, 14, 21 et 28).

La dernière option est d’utiliser un système de points et de les utiliser pour « acheter » des récompenses. On s’éloigne du sujet, j’y reviendrai dans un autre article.

Un suivi

La meilleure façon de savoir quand on a tenu et quand on a lâché est de faire un suivi. L’effet de chaîne devient plus fort à chaque fois qu’on ajoute des maillons. Surtout si on a une récompense à chaque nouvelle dizaine.

Pour celles et ceux qui ont un BuJo ou un ScriBuJo, vous avez la page toute trouvée. Un bête calendrier où vous cochez/colorez/hachurez les jours où vous avez fait l’habitude. Vous pouvez aussi ajouter une ligne ou une colonne à vos suivis journaliers, hebdomadaires ou mensuels. Pour les autres, il suffit de le faire en première page, peut-être sous le texte qui explique pourquoi vous voulez faire le défi.

Faire ce défi à plusieurs et avoir quelqu’un qui attend de savoir si vous avez avancé ou non peut être une source de motivation supplémentaire. Personne ne veut avouer son échec. Pour un ou deux jours loupés, ce n’est pas grave, mais plus…

À vos stylos/claviers !

Maintenant que vous savez comment préparer votre défi autant du côté mental que du côté physique, il ne vous reste plus qu’à vous lancer. Alors qu’est-ce que vous attendez pour aller raconter pourquoi vous voulez le faire ?

Si vous aidez difficultés, n’hésitez pas en parler ici, par mail ou sur l’événement Facebook, pour chaque « idiot » qui pose une question ou qui expose son problème, il y a 10 « trouillards » qui n’osent pas s’exprimer.

En prime, il y aura un récapitulatif journalier sur FB pour que vous rendiez compte de votre avancée.

Et à partir de la semaine prochaine, je vous propose des solutions aux divers problèmes que vous pourrez rencontrer. Mais ça, c’est une autre histoire…


Ce programme, disponible par mail à n’importe quel moment de l’année, se compose comme suit :

1. Avant de commencer, préparer le terrain
2. Dans les starting blocks <- Vous êtes ici.
3. Top départ
4. Mise en place d’une habitude
5. Etat d’esprit
6. Régularité
7. Récapitulatif

3 réflexions au sujet de « 1 mois de journal : 2. Dans les starting blocks »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *