Défi de janvier

Janvier étant un mois compliqué, surtout le début, on va commencer par un défi facile. En prime, il n’aura lieu que sur la deuxième quinzaine. Il s’agit de prendre l’habitude d’écrire tous les jours un peu.

Par un peu, j’entends plusieurs choses :

1. Une quantité faisable tous les jours.
Je suis persuadée que quand on veut dégager cinq minutes pour écrire, parce que c’est important pour nous, on peut le faire. Vous avez forcément un moment que vous pouvez réserver pour ça. Même s’il s’agit de griffonner quelques mots pendant le petit déjeuner.

Voici quelques exemples :

  • pendant que le café coule ou que le thé chauffe et infuse
  • pendant la pause publicité de votre série à la télé
  • pendant le générique ou le rappel de l’épisode précédent
  • dans les transports en commun
  • en pensant à ce que vous allez écrire une fois que ce sera possible, surtout si vous êtes en voiture et que ce n’est pas vous qui roulez
  • pendant toutes les petites phases d’attente, comme aux courses à la caisse ou quand on attend que la machine à laver soit finie dans 3 minutes pour pouvoir plier le linge

Bref, vous voyez le topo.

2. Une quantité de mots adaptés à votre profil.
Si vous n’écrivez pas du tout régulièrement, vous commencez à vous y mettre, 50 mots, ce sera déjà pas mal. Si en plus, vous êtes overbooké, 25 mots, ça peut aussi le faire. Le tout est d’avoir quelques minutes où on se pose pour bosser.

Dans mon cas, 100 mots c’est un peu léger. J’écris presque tous les jours depuis plus de deux ans (je ne sais pas exactement quand, mais j’ai commencé un tableur exhaustif à partir d’août 2015, et à part les mois où je n’écrivais pas du tout à cause des vacances notamment, j’écrivais un peu presque tous les jours). Et comme j’écris sur 4TheWords (code parrainage : SFQSA06843 pour avoir des cadeaux), je fais 444 mots, le minimum requis pour maintenir une chaîne là-bas.

Le but n’est pas de se noyer dans un verre d’eau. Il faut que ce soit faisable, même limite facile. Il est toujours possible une fois lancé(e) de continuer. C’est un minimum à atteindre, pas un objectif à ne pas dépasser. Vous pourrez toujours augmenter progressivement chaque mois ou chaque saison, le tableur vous propose un nouvel objectif chaque mois selon le précédent.

N’hésiter pas à vous inscrire dans les commentaires, en mentionnant votre pseudo pour que je vous créé une page sur le tableur et de revenir régulièrement pour dire si vous avez réussi ou non. Et voici le fameux tableur (google sheets). Vous pouvez aussi revenir entre-temps pour faire des rapports réguliers, ici, sur l’événement Facebook (un nouveau chaque mois) ou #SBJ17 (notamment sur Twitter). Ce défi s’inscrit facilement dans les suivis hebdomadaires, et se poursuivi au-delà de janvier.

Il est aussi possible que la régularité ne soit pas pour vous, et que votre façon de faire ce soit un gros bloc une ou deux fois dans la semaine. Ça arrive, mais la plupart des écrivains accomplis vous conseilleront de quand même vous y mettre un peu tous les jours.

Enfin, il ne faut pas voir ça comme une corvée, mais plus comme une récompense : une mini bulle temporelle où c’est vous et l’écriture. Personne d’autre.
Avoir envie d’écrire toute la journée pour le faire au moment T, et avoir une raison de le faire, ce sera le petit coup de pouce qu’il vous faudra pour réussir à tenir les 15 jours. D’habitude, on conseille de maintenir une habitude au moins 21 jours, mais j’ai décidé de ne pas commencer le 7 janvier, parce que je n’ai pas encore repris mes marques depuis les fêtes. Et je ne dois pas être la seule.

Petit ajout de dernière minute : si vous révisez ou que vous corrigez un texte et que vous n’avez pas le temps d’écrire à coté, vous pouvez chronometrer combien de temps vous travaillez et mettre une équivalence (il faut déduire votre vitesse d’écriture habituelle en divisant le nombre de mots par le nombre de minutes passées à écrire puis multiplier par le temps que vous avez passé à corriger ou réviser).

Ce défi, comme la plupart des autres, est ouvert le reste de l’année. N’hésitez à venir en parler régulièrement pour donner des nouvelles, discuter des soucis, et encourager les autres. La plupart des défis viseront à mettre en place une habitude et à la tester ensemble. Si elle vous convient, vous la continuez aussi longtemps que vous le voulez. Si ce n’est pas le cas, autant la replacer par une autre.

Mais les habitudes, c’est une autre histoire…

Suivi semaine 02

Nouvelle semaine, nouvelle liste d’objectifs et nouveau planning. On oublie pas de faire le compte rendu (bon ou mauvais) sur l’article de la semaine dernière si on a participé (ici).

Si c’est votre première semaine parmi nous, passez par ici, pour en savoir un peu plus sur comment ça marche et ce que j’entends pour chaque section.

Semaine 02
Projet : .
Objectif : .
Récompense : .

Planning
Lundi :
Mardi :
Mercredi :
Jeudi :
Vendredi :
Samedi :
Dimanche :


Et voilà ma version !

Semaine 02
Projet : Blog, Tarot Dimension et #writeastorychallenge (on ne change pas une équipe qui gagne !)
Objectif : Réviser les articles de fin janvier (16 à 31), avoir fait 7 scènes pour TD et avoir 350 mots pour le challenge.
Récompense : Points pour des stylos.

Planning
Lundi : Scène 12, 50 mots sur le challenge.
Mardi :  Scène 13, 50 mots sur le challenge et un article.
Mercredi :  Scène 14, 50 mots sur le challenge et un article.
Jeudi :  Scène 23, 50 mots sur le challenge et un article.
Vendredi :  Scène 24, 50 mots sur le challenge et un article.
Samedi :  Scène 25, 50 mots sur le challenge et un article.
Dimanche :  Scène 26, 50 mots sur le challenge.

Maintenant que vous savez tout, n’hésitez pas à donner votre version en commentaire. N’oubliez pas de revenir la semaine prochaine pour le compte rendu et le suivi de la semaine suivante ! On peut aussi parler des soucis rencontrés et de petites (ou grandes) victoires. Je modifierai peut-être l’ordre de parution des articles à venir si je vois des cas qui collent.

Psst ! Si vous suivez le blog, vous aurez un rappel hebdomadaire pour ne pas louper les suivis !

Les différents types d’écrivains

Même si je n’aime pas classer les gens dans des boîtes, on peut dire qu’il existe trois types d’écrivains. Ça n’a rien à voir avec le sérieux avec lequel ils traitent l’écriture — ou l’absence de sérieux —, il s’agit de leurs façons de faire. On trouvera donc :

  • les jardiniers ou pantser
  • les architectes ou plotter
  • les planteurs ou plantser

1. Les jardiniers ou pantser
Ils développent leurs histoires et leurs personnages au fur et à mesure, comme ça vient, au gré de leur inspiration. De grands écrivains, comme Stephen King, sont des jardiniers. Certains commencent avec une vague idée de ce qu’ils veulent écrire et ajoutent les péripéties au fur et à mesure. D’autres commencent avec quelques notes sur le début et la fin, éventuellement le milieu, et avancent comme ça.

2. Les architectes ou plotter
Ils préparent leurs intrigues, leurs univers et tout ce dont ils ont besoin sous forme de fiches. L’histoire est déjà prévue, il ne reste plus qu’à développer les scènes et à faire avancer les personnages jusqu’à la fin de l’histoire. Selon les personnes, les fiches sont plus ou moins développées.

3. Les planteurs ou plantsers
C’est une nouvelle catégorie (dont je viens de découvrir la traduction française sur un seul site, donc ça vaut ce que ça vaut) et c’est un hybride entre les deux précédents. Ils prévoient certaines choses et ils laissent certaines choses vagues.

Peu importe dans quelle catégorie vous êtes, le but de ce blog, et de ses suivis, est de faire qu’on avance tous ensemble, qu’on se soutienne et qu’on s’aide les uns les autres. Dans le challenge de février et par la suite, je proposerai divers formats de fiches, libre à vous de vous en inspirer, de les utiliser ou non. Je sais par expérience que la mémoire est un mauvais ami et qu’il vaut mieux prendre des notes, aussi succinctes soient-elles. Comment les gérer sans en perdre ou en oublier une seule ? Ceci est une autre histoire…

PS Attention, ceci est un article très court visant à expliquer certains termes qui seront utilisés souvent par la suite. Ça n’a pas vocation à être exhaustif et, chaque plotter/pantser/plantser travaillant avec sa propre méthode, il n’y a pas besoin d’épiloguer. Le tout est de trouver sa méthode et connaître son « type » va permettre de faire un pré-tri non négligeable.

Lexique du (Scri)BuJo

English version here.


Alors, ça ne sera pas exhaustif tout de suite, mais je le remplirai au fil du temps, avec les termes anglophones ou un peu délicats que j’utilise. N’hésite pas à demander en commentaire à ce que j’en rajoute d’autres. J’applique en général à la version ScriBuJo — Bullet Journal d’Écriture.

BuJo — Bullet Journal : Je vous renvoie à cet article.

Calendex : Remplaçant du Future Log pour le planning sur 6 mois ou un an. Vue sous forme de calendrier en colonne. Plus pratique si on a des durées à surveiller ou beaucoup de trucs qui se répètent. Aussi, pour des petits trucs. Marche bien avec un code couleur.

Clés : Les puces, points, croix, petits symboles dont on se sert pour identifier les différentes choses notées dans le BuJo. Les basiques (proposées par le créateur) sont :

  • une croix pour une tâche faite ;
  • un point pour une tâche à faire (on trouve aussi une case vide) ;
  • un > pour une tâche reportée : par exemple le lendemain, le lundi ou le week-end suivant ;
  • un < pour une tâche sortie de la boucle : ce qui veut dire qu’elle est placée au mois prochain ou plus tard et qu’on en entendra plus parler pendant un moment. Je m’en sers pour les rendez-vous : je note de prendre rendez-vous, une fois fait, je coche la ligne et je note l’horaire sur une autre ligne. Une fois noté dans la partie mensuelle (le soir, si je n’ai pas pu le faire avant), je mets un < pour savoir que ça a été traité ;
  • un – pour une information ;
  • des symboles comme une ampoule pour une idée par exemple ;
  • un ! devant le reste pour dire que c’est important.

Dailies (Non pas « daylies », comme on trouve chez certains francophones qui ne savent pas écrire l’anglais) : Pages du jour avec les tâches, les rendez-vous et les événements du jour. Si tu n’écris pas toute la semaine, tu peux zapper les jours non nécessaires.

Done List : Liste de choses faites. Le contraire de la To Do List.

Future Log : Planning annuel ou sur 6 mois, selon les gens. Permets de noter longtemps à l’avance certains événements comme les vacances, les congés, les challenges d’écriture, ceux du blog, etc. Plus efficace pour les renseignements exhaustifs (comme des rendez-vous avec un lieu, une date et une heure) et quand on a pas trop de choses à y noter (il est toujours possible de faire jusqu’à un mois par page s’il y a besoin de place, le fait de mettre deux ou trois mois par page n’est pas une obligation).

Monthly : Page, habituellement double, préparant le mois à venir ou en cours. On reprend ce qui est dans le planning annuel et on étoffe.

Masking tape/washi tape : Scotch décoratif, fait en papier japonais pour les vrais (ceux d’Hema, Action & co ne sont pas des vrais washi tape même s’ils peuvent faire la même chose à condition de ne pas avoir besoin de corriger le tir). Sa propriété première est de pouvoir être décollé plusieurs fois sans abîmer son support. Il est aussi — souvent — partiellement transparent. Il est assez résistant pour faire des index ou des petits marques-pages (et bientôt, un tuto rien que pour vos yeux).

Printable : Fichier tout fait qu’il n’y a plus qu’à imprimer. Distribués gratuitement ou vendus, selon les cas. En général, les règles de licence, de propriété et de courtoisie entre autres, veulent qu’on ne donne pas le joli fichier à sa copine même s’il est gratuit. On lui donne le lien de la page ou du site où on l’a trouvé. Ça prend du temps à faire, ayez la gentillesse de rendre à César ce qui appartient à César et de faire au moins une visite et un peu de pub à la personne en question.

To Do List : Liste de choses à faire, qu’on coche au fur et à mesure. Le contraire de la Done List.

Tracker : Suivis, sous toutes les formes possibles. Pile de livres à colorier au fur et à mesure qu’ils sont lus, petites étoiles pour figurer des kilos perdus, j’en passe et des meilleurs. Ici, ce sera surtout des cases bêtes et méchantes. On fait dans le pratique, l’utile et le rapide, ici, ma petite dame/mon petit monsieur ! (À moins que je ne partage exceptionnellement des suivis de mon BuJo… mais dans celui d’écriture, pour moi, il n’est pas question d’investir du temps dans autre chose que le performant.)

Review : Bilan de la semaine, du mois ou de l’année, pour analyser ce qui marche, ce qui ne marche pas, pour l’améliorer sans cesse. La plus grande force du BuJo est son adaptabilité à la personne qui s’en sert, donc deux BuJo ne seront jamais identiques.

#writeastorychallenge 02/01/17

Ma participation de la journée pour #writeastorychallenge. En français et en anglais.
My participation of the day for #writeastorychallenge. English version below.


Mais il avait confiance. Elle portait son héritage. Il avait passé du temps à lui faire retenir des informations importantes, juste au cas où elle aurait à aller dans ce monde alternatif, post-médiéval préRenaissance. Il lui avait fait apprendre l’herboristerie, comme la médecine n’était pas développée quand il y avait été quinze ans auparavant.

Et il savait que son ami Emesto prendrait soin d’elle. Il était déjà une carte, comme Giovanni l’avait transformé lui-même. Il saurait quand elle irait dans ce monde, comme les Arcanes étaient liées à leur famille. Le Pape ne le trahirait pas lui ou sa famille. Pas après ce qu’ils avaient fait pour sauver deux enfants.

Giovanni se demanda si Renato parlait maintenant ? Si Valeria pouvait faire quelque chose sans être agressive avec tout le monde ? Le garçon avait fait des progrès pendant que Giovanni était retourné dans son monde, mais la fille était restée la même. Un faible sourire apparut sur ses lèvres, mais il le fit disparaître dès qu’il le sentit. Même si la petite Valeria était amusante à regarder quand elle lui avait demandé de partir sans meilleure raison que sa présence ne lui plaisait pas ; Donella souffrait, et mourrait à petit feu. Il n’y avait pas de place pour un sourire. Il n’y avait qu’un faible éclat d’espoir que personne n’entrevoyait à part lui.


But he had faith. She was to carry his heirloom. He spent time to make her remember useful information. Just in case she has to go on this post-medieval pre-Renaissance alternative world. He made her learnt herbs, as medicine wasn’t developed when he got there fifteen years ago.

And he know his friend Emesto would take care of her. His was already a card, as Giovanni changed him himself. He would know when she got into this world, as the Arcanas were linked to their family. The Pope wouldn’t betray him or his family. Not after what they did to save two children.

Giovanni wonders. Was Renato speaking now ? Could Valeria do something without being angry at everyone ? The boy made some progress while Giovanni was back in his world, but the girl was always the same. A feint smile showed on his lips but he erased it as soon as his felt it. Even if young Valeria was fun to watch as she asked to get away with no better explanation that it didn’t please her to have him around ; Donella was suffering, and slowly dying. There were no place for a smile. There were just a small glimpse of hope that no one except him knew about.

 


A demain pour la suite !
Stay tuned, new part tomorrow !

#writeastorychallenge 01/01/17

Ma participation de la journée pour #writeastorychallenge. En français et en anglais.
My participation of the day for #writeastorychallenge. English version below.


La machinerie médicale, occupant tout l’espace de la chambre, se mit à biper avec frénésie. Giovanni resta stoïque, ses yeux gris aussi froids que l’acier, comme le devait un chef de famille. Toujours. Même quand il n’était pas en fonction. Même quand son temps était passé.

Le chef actuel était étendu sur le lit, à peine visible, aussi blanche que les draps et les coussins autour d’elle. Une petite fille, malade depuis sa naissance. Non, Donella n’était plus une petite fille maintenant. Elle prenait son rôle à cœur, faisant tout ce qu’on attendait d’elle. Et elle ne verrait jamais sa dix-huitième année.

Giovanni ne pouvait rien faire. Il avait fait plus que n’importe qui, pour ses deux filles, mais son temps était passé. Il avait trop perdu pour lutter à nouveau contre la destinée… mais il avait préparé son aînée à continuer son oeuvre. Elle n’en avait aucune idée, mais Alessa serait celle qui sauverait sa jeune sœur. Tout comme il avait fait pour elles quand elles étaient trop petites pour s’en souvenir.

Il avait reparlé du jeu familial de tarot ces derniers jours. Objet mythique, qui les protégeait et les maudissait depuis des siècles. Le changement allait se produire. Il n’avait pas d’autre choix que de laisser le destin de Donella entre les mains d’Alessa — l’incapable aînée.


The medical computers, all around the room, went into a beeping frenzy. Giovanni stood still, his grey eyes as cold as steel, as a family chief should. Always. Even not on duty. Even when his time has gone.

The actual one was lying on the bed, barely seen as she was as white as the sheets and cushions around her. Little girl, ill since her birth. No, Donella was no little girl now. She took her role at heart, making everything she could to abide to expectations. As a result, she may never see her eighteen year.

There was nothing he could do. He has done more than anyone in the past, for both his daughters, but now, his time was gone. He lost too much to go against destiny one more… but he prepared his firstborn to keep on his legacy. She didn’t know of it, but Alessa would be the one to save her younger sister. As he did for both when they were too little to remember.

He did spoke again on the last few days of the family tarot game. Mystical item, protecting and cursing them for centuries. The change was about to happens. He had no choice, but to put Donella’s fate on Alessa’s hands — the useless firstborn.


A demain pour la suite !
Stay tuned, new part tomorrow !

Suivi semaine 01

Bonjour et bienvenue. Demain, nous attaquons la semaine n° 1 de 2017. Je vous propose de prendre une bonne résolution pour la nouvelle année : fixer des objectifs d’écriture et faire de notre mieux pour les tenir.

C’est joli, dit comme ça, mais il est prouvé que d’en parler publiquement et de le faire en groupe est plus efficace que le faire dans son coin. En plus, on pourra discuter des soucis éventuels liés à l’écriture et je proposerai au fil du temps des méthodes ou des astuces.

Cette semaine, comme toutes celles qui vont suivre, je mettrai en ligne un modèle de suivi d’objectifs, qu’il n’y aura qu’à copier et remplir dans le ScriBujo et en commentaires de cet article (photo nette ou texte). Je mettrais aussi les miens pour donner l’exemple et motiver les troupes.

Ce coup-ci, exceptionnellement, je décortique chaque partie, en expliquant ce que je veux dire par là, et comment l’adapter à chacun(e). Le modèle risque d’évoluer au fil du temps et — par la suite s’il y a de la demande — je mettrais en place un système plus optimisé pour pouvoir gérer ça. Maintenant, il n’y a plus qu’à se jeter à l’eau !

Semaine 01

Projet : .
Le nom du projet sur lequel on veut avoir avancé.
Mieux vaut se concentrer sur une seule chose à la fois et d’en faire sa priorité (rien n’empêche de faire d’autres à côté, j’expliquerai mon planning de ouf un de ces jours avec la méthode de sioux pour utiliser ma procrastination créative). On peut aussi choisir l’option « écrire en général » pour s’y (re)mettre progressivement.

Objectif : .
Nombre de mots, temps à atteindre ou objectif défini.
Là, ça dépend de pas mal de facteurs. Déjà, la capacité de concentration et du temps disponible sur la semaine. Ensuite de la vitesse de frappe. Je laisse les deux parce que selon les gens et la tâche à accomplir l’un est plus pertinent que l’autre. Pour la génération de texte, les mots sont plus logiques, mais pour une révision moins parce que ça peut aller beaucoup plus vite ou au contraire bloquer pour rien.
On peut tabler sur 5-10 min par jour si on n’a pas d’idées (peut-être un peu plus le week-end, si on peut écrire le week-end, ou à l’inverse, on peut décider de faire 20 min le samedi et le dimanche sans bloquer de temps dans la semaine).

Récompense : .
Oui, moi je marche à ça, et je ne suis pas la seule. Ceci dit, il faut que ça reste cohérent. Pas de journée au spa pour 250 mots écrits sur une semaine, à moins qu’on ne soit riche ou que ce soit un exploit. Ça peut être n’importe quoi : un carré de chocolat après chaque session journalière (ou un Skittle dans mon cas), un quart d’heure de lecture, un câlin avec chien/chat/enfant/chéri(e)/peluche/coussin, etc. On peut choisir une petite récompense à la séance ou une plus conséquente à la semaine (nouveau livre/ebook/jeu vidéo/DVD de série, bain relaxant…). Sinon, il est possible d’instaurer un système de points. J’y reviendrai dans un autre article. Chaque session faite donne un point, si l’objectif de la semaine a été fait, un point supplémentaire. Il ne reste plus qu’à faire une liste de choses qu’on veut et d’évaluer le prix en points. Ça peut être difficile au début. Moi je veux toujours plein de trucs quand je fais la liste, mais quelques jours après ça s’estompe. Du coup, j’ai une wish-list sur plusieurs boutiques en ligne, plus une liste dans mon BuJo et j’y pioche sans regarder les nouvelles choses disponibles quand je fais ma liste à points.

Planning
On peut aussi détailler un peu plus les tâches à l’avance. Ça à l’avantage de s’y mettre sans réfléchir dès que le moment d’écriture est arrivé. Pas besoin de se dire « Hummm… Alors, Tarot Dimension… Est-ce que je révise la scène 21 ? Ou je réécris la scène 8 ? Ouais, mais j’ai pas passé la 7 à la check-list… Nan, je vais commencer par corriger la 5 en fait, comme ça je peux la passer aux bêta lecteurs… Rah, j’ai la flemme de réviser ce projet en fait. Tiens, je vais sortir du tas de poussière la nouvelle du Dragon du Cycle des Masques ! J’ai une idée qui pourrait peut-être me débloquer ! » Et 5 minutes après, rien n’a été fait, la motivation pour la nouvelle est retombée comme le problème fantôme a été solutionné depuis (et mieux) et que bon, Tarot Dimension doit être fini avant mai 2017 et les Masques sont sensés passer après, avec d’abord la novella puis les nouvelles. Ça sent le vécu, c’est normal. :p

Pour en revenir à nos moutons, si on n’a pas d’idée précise ou de découpage de malade comme moi (j’assume et mes scènes font entre 600 et 1300 mots), on peut juste noter « Projet A — Chap 1 — 100 mots/5 minutes ». Le but ici est de morceler, de façon à ce que ce soit faisable dans le temps disponible, quitte à faire des morceaux un peu plus petit. Je développerai cette méthode à l’avenir.
Logiquement, on ne garde que les jours où on peut écrire.

Exceptionnellement, je recopie (là, c’est un peu le bazar avec les explications au milieu, il faut bien l’avouer).

Semaine 01
Projet : .
Objectif : .
Récompense : .

Planning
Lundi :
Mardi :
Mercredi :
Jeudi :
Vendredi :
Samedi :
Dimanche :


Et voilà ma version !

Semaine 01
Projet : Blog, Tarot Dimension et #writeastorychallenge (oui, je triche d’entrée de jeu, mais sinon le blog restera tout vide !)
Objectif : Réviser les articles de début janvier (1 à 15), avoir fait 7 scènes pour TD et avoir 350 mots pour le challenge.
Récompense : Points pour des stylos.

Planning
Lundi : Scène 9, 50 mots sur le challenge et un article.
Mardi :  Scène 10, 50 mots sur le challenge et un article.
Mercredi :  Scène 11, 50 mots sur le challenge et un article.
Jeudi :  Scène 12, 50 mots sur le challenge et un article.
Vendredi :  Scène 13, 50 mots sur le challenge et un article.
Samedi :  Scène 14, 50 mots sur le challenge et un article.
Dimanche :  Scène 15, 50 mots sur le challenge et un article.

Maintenant que vous savez tout, n’hésitez pas à donner votre version en commentaire. N’oubliez pas de revenir la semaine prochaine pour le compte rendu et le suivi de la semaine suivante ! On peut aussi parler des soucis rencontrés et de petites (ou grandes) victoires. Je modifierai peut-être l’ordre de parution des articles à venir si je vois des cas qui collent.

Psst ! Si vous suivez le blog, vous aurez un rappel hebdomadaire pour ne pas louper les suivis !

Les Bases du (Scri)BuJo

English version here.


Qu’est-ce qu’un BuJo ?

C’est très simple. Un carnet ou un classeur, selon les goûts et les besoins, qui servent de mémoire externe pour ne rien oublier et, en option, se fixer des objectifs. Pour le vocabulaire « technique », je vous conseille le Lexique. On peut aussi l’utiliser pour le développement personnel, mais ici, on va parler surtout du BuJo d’Écriture. Mais comme j’ai un fort instinct de contradiction, je vais partir dans les classiques pour cet article.

Déjà, BuJo, c’est le raccourci de Bullet Journal, nom donné par son créateur Ryder Carroll qui pourrait se traduire par Journal à Puces ou Journal à Tiret. Ça s’articule en plusieurs parties :

  • L’Index d’abord, qui sert juste de table des matières, mais qui est la force du BuJo. Au lieu d’avoir des tas de notes dans tous les sens, là, on sait où se trouve ce qu’on cherche, même si c’était la liste de course d’il y a trois mois ou les choses qu’on a promises qu’on amènerait à (belle) maman à Noël alors qu’on était en pleines vacances d’été.
  • On fait deux plannings simplistes. Un des 6 ou 12 mois à venir et un plus précis du mois en cours, histoire de savoir quand on a des rendez-vous, des factures à payer, etc. Pour les deadlines aussi.
  • On fait une liste de choses à faire (To-do list) au jour le jour. Au fur et à mesure, on coche ce qui a été accompli, on reporte ou on barre ce qui ne l’est pas.
    Pour celles et ceux que ça déprime ou que ça démotive, on peut aussi faire une liste de choses faites (done list) où on ne note qu’une fois que c’est accompli, donc pas de pression de voir s’accumuler des tâches qu’on repousse sans cesse.
    On peut en faire une en vrac pour le mois pour les tâches qui n’ont pas de date précise ou simplement pour se sortir enfin de la tête le fait qu’il faudra un jour racheter des cartouches d’encre, alors que bon, on a encore un peu de marge, mais ce serait bête de plus en avoir au pire moment, non ?
  • Et vient enfin ma partie préférée : les collections. Des listes, encore des listes ! Des statistiques, ou comme dirait LinksTheSun « J’aime les stats… ! ». Heu… pardon. Listes de ce que vous voulez. Livres à lire, courses à faire, objets prêtés, colis en attente, et bien d’autres. Le truc cool, c’est qu’on commence une liste à la prochaine page vide qu’on rencontre et qu’on continue le reste ensuite. D’où l’intérêt de l’Index. Donc pas besoin de se dire qu’il faut tant de pages pour telle semaine, non, c’est un bazar organisé. Et moi, j’adore ce concept !

Je vous recommande d’aller faire un tour sur le site officiel www.bulletjournal.com parce que c’est la base, l’essence même du truc. C’est en anglais, mais c’est assez visuel et avec ce que j’ai mis au-dessus, ça devrait aller. Sinon, n’hésitez pas, les commentaires sont là pour ça. Après, il y a toute une série d’astuces, de façons de faire, de jolis dessins, de stickers, de « printable » (des choses toutes faites à imprimer), mais ça c’est une autre histoire…