ScriBuJo 09 (Fr)

English version here.


Aujourd’hui, on continue sur la lancée d’hier. Je vous ai parlé des suivis quotidiens, on va parler des suivis généraux. Il n’y a pas grande différence entre les deux, à part l’endroit où ça se situe. Le suivi quotidien se trouve chaque jour sur la page quotidienne, juste après l’entête par exemple. Le suivi général se trouve sur la page hebdo, mensuelle ou une page de suivis. On peut aussi en faire une par suivi et y mettre plusieurs mois voire toute l’année.

Comme suivi général, on reprend une partie des quotidiens (ou non, selon le cas) et on en rajoute d’autres si on veut. J’ai tendance à oublier de faire mes suivis s’ils ne sont pas sous mon nez, donc ils sont tous dans mon entête imprimé (optimisation) et dans l’écriture niveau 10 (optimisation encore !). Je sais que j’en parle beaucoup ces temps-ci. C’est une sorte de suivi, mais avec des plans d’action pour m’améliorer dans les domaines concernés. Et c’est encore en phase de test.

Je vous propose une sélection des miens :

  • écrire mon minimum de mots par jour,
  • lecture (étude),
  • planification ou révision d’un texte,
  • exercice (sous forme de drabble, sortir de ma zone de confort),
  • si j’ai avancé sur chacun de mes projets principaux (chacun a le sien),
  • si j’ai travaillé sur le blog.

Vous n’êtes pas obligés d’en avoir autant et vous pouvez en mettre plus si ça vous chante, chacun fait comme il veut.

L’avantage des suivis, qu’ils soient journaliers, mensuels, annuels, c’est que ça marche bien avec le système de récompense. Là aussi, il y a un article en préparation.

Pour l’instant – je sais que je répète –, le but est de prendre l’habitude d’utiliser le ScriBuJo, de le développer et de trouver ce qui marche pour vous. Je vous conseille de tout tester, pour savoir à la fin du mois ou du suivant, ce qui vous parle le mieux.
Par la suite, vous pourrez mélanger suivis et bilans. Tout est fait pour évaluer la progression et affiné en conséquence.

On teste les classiques, et nous customise ensuite.

Demain, on reste encore dans les suivis, mais après on attaque sérieusement l’écriture.

ScriBuJo 08 (Fr)

English version here.


« Suivi journalier » ? Qu’est-ce que c’est que cette bête-là ?
Rien de bien sorcier, il s’agit souvent de petites cases à remplir ou cocher. Si on a écrit, si on a fait 50-500 mots, si on a étudié ou lu… Toutes les informations que vous avez envie de suivre. Si vous avez envie d’en suivre.
Le tout est de savoir doser, parce que quand on en a 20, ça devient vite trop. Par contre, si vous en avez l’utilité et que vous les avez mis en place progressivement, vous pouvez les tenir, mais 20 d’un coup c’est trop, même 10.

Pour ce défi, on va commencer doucement. Je vous en propose quelques-uns, et c’est à vous de prendre ceux qui vous semblent pertinents :

  • avoir écrit dans la journée,
  • avoir écrit 100 mots,
  • avoir écrit 5 ou 10 minutes,
  • avoir avancé un projet (nommé ou général),
  • avoir tenu le ScriBuJo,
  • avoir participé dans le défi du mois,
  • avoir participé au défi de janvier,
  • avoir utilisé le prompt du jour,
  • avoir lu.

La liste n’est pas exhaustive, elle est là pour donner des idées. Vous pourrez en rajouter au fur et à mesure, en laisser tomber en cours de route.

Je ferai un article un plus détaillé sur les diverses choses que je suis ou qui peuvent être suivies dans le cadre de l’écriture.

Ce n’est pas parce que je veux suivre absolument le nombre de mots que je fais par jour, que vous devez faire pareil. C’est pertinent si vous voulez voir votre progression, et si les chiffres vous motivent, mais si vous prenez ça plus comme un loisir ou une détente, ça n’est pas forcément utile (je rappelle qu’il s’agit de mon métier, je ne peux pas me mettre de le prendre par dessus la jambe 🙂 ).

Maintenant, il ne reste plus qu’à rajouter ça sous l’en-tête de la nouvelle journée (la date) et de penser à le remplir. À vous de voir aussi si vous préférez la version textuelle avec case à cocher ou la version icône à cocher.

Vous remarquerez peut être que j’utilise un code couleur pour cocher mes cases, là encore ce n’est pas strictement nécessaire, mais moi ça motive. J’en ai déjà parlé donc je n’y reviendrai pas.

ScriBuJo 07

On a les objectifs et les planning, donc on a les bilans, sinon ça ne sert à rien.

Ce n’est pas forcément long, il faut juste cumuler tout ce qu’on a fait et comparer.

Il y a plusieurs façons de voir : selon les objectifs que vous vous êtes fixés.

  • Compter le nombre de jours où on a fait le nombre de mots minimal.
  • Compter le nombre total de mots pour voir si on a atteint l’objectif.

Après, pour les objectifs un peu plus précis comme retravailler les scènes de tant à tant ou écrire tel chapitre, vous l’avez fait ou vous ne l’avez pas fait point.

J’utilise un washi tape quadrillé et je coche les cases. C’est plus visuel, et j’ai juste à me dire « tel jour, j’ai coché le minimum écrit sur la page du jour, je la reporte dans le bilan de la semaine où je coche si je fais le minimum écrit ». Une croix pour une croix, il n’y a pas réfléchir, c’est vite fini.

Chaque jour, je remplis un tableur, pour pouvoir faire des stats un peu plus approfondies, comparer les projets, les mois, d’une année sur l’autre, si j’ai fait plus de révision que d’écriture, si c’était le blog où j’ai fait tous mes mots, etc. Il me fait automatiquement le total sur la semaine, j’ai juste à lever le nez, comparer si c’est plus grand ou plus petit et cocher la case ou non.

Vous, vous pouvez utiliser le fichier du défi de janvier, avec les ajouts de statistiques qui ont été faits.

Pour l’instant, on va se limiter à ça, on pourra ajouter d’autres suivis par la suite (c’est prévu) ou comme « la vie niveau 10 » version écriture (cela fera l’objet d’un article un peu plus long lorsque j’aurai testé le concept dans tous les sens). Le but, c’est n’est pas de vous noyer sous les suivis, mais d’avancer.

Comme pour tout le reste, je vous conseille de tester ce que je propose et, à la fin du challenge, vous verrez ce que vous gardez et ce qui vous embête.

L’année prochaine, je ressortirai certainement ce challenge, donc ce sera l’occasion de tester tout ça à nouveau, en voyant si ça marche ce coup-ci ou si ça ne marche toujours pas. Vous pourrez aussi modifier en fonction de vous. Ce n’est pas parce que moi je le fais comme ça, que cela va fonctionner pour vous sous cette forme-là.

On n’est pas tous faits de la même façon, on ne se motive pas de la même façon, on n’écrit pas de la même façon. Je vous propose des trucs assez standard donc ça devrait quand même fonctionner pour une grande partie d’entre vous. Si le bilan hebdomadaire n’est pas pour vous, je vous conseille quand même de tester sur le reste du mois. Il arrive que ce soit juste la résistance initiale : il faut lancer la machine.

Vous n’avez pas besoin de faire de jolies pages. Cocher les cases de petits carreaux ou de pointillés, ça marche aussi. Et vous ne me ferez pas croire que cocher cinq ou six cases avec juste une bête croix avec deux traits en diagonale, ça prend trop de temps. Après, si c’est votre moment récompense pour avoir avancé, vous pouvez sortir les feutres ou les crayons de couleur pour remplir les cases. Il suffit de savoir être raisonnable.

Si vous faites des bilans hebdomadaires, ce sera un peu plus simple pour le bilan mensuel qui se trouve — comme vous ne l’aurez pas deviné : p — en fin de challenge. Vous verrez lequel des deux vous convient.

ScriBuJo 06

Pour le planning de la semaine, il suffit de faire un tableau simple avec autant de cases que de jours d’écriture. Il n’y a pas d’autres règles. De jolies petites cases, ça peut aussi marcher à condition de ne pas tomber dans l’excès. En option, vous pouvez mettre une case pour les choses à faire dans la semaine, mais sans date précise.
Certaines personnes fonctionnent mieux par semaine, d’autres par mois, je vous propose les deux, vous essayez (de préférence 2-3 mois pour tester en conditions) et vous choisissez.
Ce n’est pas en vous disant « Hum, ça, c’est pas pour moi » que vous allez savoir si ça marche ou non. Après, si vous avez tenté quelque chose d’équivalent et que ça vous a mis en déprime, je ne vous en tiendrai pas rigueur si vous passez votre tour. C’est votre ScriBuJo, faite comme vous voulez tant que ça marche.
 
Pour le planning hebdomadaire, il suffit de répartir les tâches à accomplir dans les sessions possibles au fil de la semaine. 
Déjà, il faut lister les moments où vous pouvez écrire.
Attention à toujours mettre une tâche faisable, limite un peu facile, parce que le but c’est de cocher la case, pas mettre la pression parce que vous avez eu les yeux plus gros que le ventre.
Je l’ai déjà expliqué dans le défi de janvier : si vous pouvez écrire 1000 ou 2000 mots par jour quand ça va bien, mettez-vous un objectif de 500. Vous l’atteindrez tous les jours et ça vous motivera à continuer. Le gros objectif peut être votre objectif secondaire, celui où vous pouvez être fier/fière de vous. Il faut pouvoir atteindre les 500 même les jours où vous avez un peu moins envie, où vous êtes un peu plus fatigué, où vous êtes un peu plus occupé par ce qui se passe autour. Et au pire, vous ne ferez que l’objectif, c’est toujours ça de fait.
Attention à ne pas tomber dans l’excès inverse, pour ne pas cocher 5 cases pour 10 minutes de travail (sauf si c’est mérité). Vous pouvez orienter vos tâches pour qu’elles soient à la limite de votre zone de confort (si cela vous intéresse, j’ai préparé un article sur ça pour un peu plus tard).
L’autre possibilité, c’est d’adapter l’objectif de la session à votre planning. Si vous avez un rendez-vous médical qui va prendre tout l’après-midi, vous pouvez diviser l’objectif de mots du jour par deux. 
Je vous recommande – de mon expérience – de vous fixer un objectif de mots ou de temps de travail plus un objectif un peu plus précis. Comme commencer la scène six, finir le chapitre trois, même si le but en chapitre me semble un peu délicat. Dépendamment des gens, un chapitre peut faire 500 mots comme une 30aine de pages et ça varie d’un chapitre à l’autre. Ça va pour une semaine ou un mois, mais pour une journée, je ne tenterais pas. Comme je prépare énormément, je travaille avec les scènes (de 500 à 1500 mots) et je rajoute les chapitres bien plus tard.
Vous pouvez aussi mettre « travailler sur le chapitre », c’est suffisamment vague pour que vous puissiez le cocher quand vous l’avez fait sans être trop vague pour tomber dans « voilà j’y ai pensé, ça suffit ». Si vous êtes en phase d’écriture, ce n’est pas pertinent. Par contre, si vous êtes en phase de scénarisation, chaque minute utilisée à penser à votre bouquin est une minute bien utilisée. Parce que oui, l’écriture ce n’est pas juste poser des mots sur un clavier ou un bout de papier. Selon les façons de faire, cela peut être des heures et des heures de réflexion à savoir si tel personnage va penser ci ou faire ça avant d’écrire la moindre phrase.
 
Pour vous motiver, si ça marche, vous pouvez prendre une façon différente de cocher ou un code couleur comme le mien.
À vous de voir ensuite ce que vous décidez si vous prenez de l’avance sur son planning : si vous le laissez tel quel ou si vous le décalez pour avoir toujours la même quantité chaque semaine.
À vous de trouver ce qui marche le mieux pour vous : de dire « j’ai pris de l’avance » ou de dire « c’est bien, j’ai fait plus et je continue au rythme prévu ». Les deux ont des avantages et des inconvénients. Ça peut aussi dépendre des périodes. C’est pour ça qu’il faut toujours remettre en question ce qu’on pense acquis.

Chaque jour, quand vous faites votre page quotidienne, soit la veille au soir soit à la fin de la session précédente soit de début de la nouvelle session, vous reportez ce que vous avez dans votre planning pour cette session, et à la fin vous cochez ce qui a été fait, si vous ne le faites pas au fur et à mesure. Et pour suivre tout ça, on parlera demain du bilan hebdomadaire.

Prompts semaine 06 – Prompts week 06

Et voici sans plus attendre, les prompts de la semaine ! Chaque semaine, je partagerais un mot par jour pour vous aider à vous y mettre. A vous de l’utiliser comme vous voulez. Drabble, histoire sur la semaine ou le mois, idée d’intrigue, de personnage, de scène… ou rien du tout si ça ne vous inspire pas.

Without further wait, week’s prompts ! Each week, I’ll share a word a day to help you get writing. Do it as you wish. Drabble, story during the week or the month, idea for a plot, a character, a scene… or nothing at all if it don’t work.

06. Lunatique – Temperamental
07. Résignation – Resignation
08. Velouté – Velvety
09. Affectueux – Affectionate
10. Distrait – Forgetful
11. Gratitude – Gratitude
12. Repoussant – Repulsive

ScriBuJo 01 (Fr)

English version here.


Comme je l’ai déjà dit il y a quelques jours, il faudra un carnet ou un classeur, tant qu’à faire pratique et résistant, vu qu’il est voué à voyager un peu. Pas trop fin non plus, sinon il faudra vite en changer. Je dirai un minimum de 96 pages par là, histoire de voir un peu venir et de pouvoir tester 2 3 mois avant de prendre un support plus adapté à votre utilisation.

Si vous savez d’avance que vous avez une quantité de projets astronomique ou quelques projets titanesques, vous pouvez aussi envisager de prendre plusieurs carnets (un pour les suivis et un par gros projet ou un pour les suivis et un pour la foule de projets) ou de faire comme moi et de prendre un agenda-classeur connut sous le nom générique, mais c’est-une-marque-à-la-base de Filofax. Pas la peine de prendre un qui vous coûte la peau des fesses, sur le net on en trouve à 10 € ou moins. Ça dépend juste de quel pays et en combien de temps ça va mettre à venir. (J’ai mis une petite sélection dispo sur Amazon tout en bas de l’article.)

Il vous faudra aussi un stylo, tant qu’à faire, agréable à utiliser, parce que vous allez gratter. Non, je rigole. Pas cette fois, en tous cas. : p

Si vous avez déjà lu les bases du BuJo, vous ne découvrirez malheureusement pas grand-chose aujourd’hui… mais vous aurez quand même du travail. Alors prenez votre ScriBuJo en devenir, votre stylo et c’est parti !

Aujourd’hui, pas beaucoup de réflexions, mais plusieurs étapes :

  • L’Index
  • Les clés
  • L’année
  • Le mois de février

La première page, vous en faites ce que vous voulez, mais je vous conseille de noter un moyen quelconque de vous joindre, au cas où. Ce serait dommage de tout perdre.

1. L’Index

La première double page est réservée à l’Index. C’est une table des matières qu’on remplira au fur et à mesure.

En général, je fais un petit calcul pour savoir combien je vais en laisser. Je compte le nombre de pages s’il n’est pas indiqué et j’en prends les 2/3. Ça me donne une estimation du nombre de lignes dont j’aurai besoin. Après, il suffit de compter combien il y a de lignes utilisables par page. Pour les petits carreaux ou les pointillés 5x5mm, on peut les mesurer en centimètres et diviser par deux. Il ne reste plus qu’à noter « Index » en haut de chacune des pages en question et on passe à la suite.

Certains numérotent les pages utilisées par l’Index, d’autres non, c’est vous qui choisissez. Vous pouvez les numéroter d’avance (je l’ai fait pour le BuJo de mon fils… mais il a le droit, il est en maternelle) ou numéroter au fur et à mesure. Comme j’oublie souvent, je numérote et je remplis l’Index lors de mon bilan hebdo.

À partir d’ici, j’arrêterai de vous faire l’affront de dire comment titrer vos pages. C’est suffisamment évident et puis si vous voulez changer, c’est votre ScriBuJo, vous en faites ce que vous voulez. Mais les titres, ça aide quand même pas mal, surtout quand c’est les mêmes dans l’Index et sur la page.

2. Les clés

Les clés ou puces, c’est l’essence même du BuJo. Avec quelques symboles, on gagne un temps fou et on organise un peu tout ça. J’en ai déjà parlé dans le Lexique, mais je vais faire un rappel en image, en mettant ceux proposés par le créateur sur son site et la version alternative que j’utilise.

cles

3. L’Année ou Future log

Vous prenez une double page et vous la divisez en deux ou trois selon la taille de votre feuille. Le but est d’avoir un endroit pour balancer des trucs planifiés, comme un salon du livre, la sortie d’un bouquin ou une deadline de bêta lecture. Pas besoin de beaucoup d’espace en somme (les objectifs détaillés sur l’année seront ailleurs). Vous notez le nom de chaque mois à partir de mars (le mois suivant si vous avez pris le train en route à un autre moment) dans chacune des cases et vous faites de même sur la double page suivante, jusqu’à avoir toute l’année.

(Il devait y avoir une photo ici, mais la qualité était déplorable, je la reprendrais demain à la lumière naturelle, désolée.)

4. Le mois

Double page suivante, à gauche, vous numérotez de 1 à 28/29/30/31 selon le mois et, si vous voulez, la première lettre du jour.

Je le fais parce que je ne sais jamais quel jour on est. Un coup, je connais le numéro, un coup le nom, ça m’évite les mauvaises surprises. Comme prévoir une semaine de travail de ouf, juste pour voir que non, j’ai décalé de deux jours par rapport aux vacances du petit en famille et que ça ne durera que quatre jours.

Si votre carnet est trop petit, pas de souci, soit vous faites sur la page de droite et vous faites la suite sur la page suivante, soit vous faites la suite de la numérotation sur la page de gauche de la double page suivante. Une autre option consiste à séparer le mois en deux, jusqu’au 15/16 et jusqu’au 28/29/30/31.

C’est là que vous noterez à la date, ce que vous avez planifié. Atelier d’écriture, soirée de write-in (virtuel ou non), la parution d’un article que vous voulez lire, le compte rendu de la semaine que vous devez faire sur l’article concerné/lien suivi hebdo, etc.

À droite, c’est la liste en vrac de ce qu’il faut que vous fassiez pendant le mois, mais sans avoir de date précise. Racheter un stylo ou des cartouches, changer d’ordinateur… mais en rapport avec l’écriture !

Voilà, c’est fini pour aujourd’hui. Ce n’est pas folichon, mais c’est le passage obligé, à partir de demain, on va entrer dans la partie un peu plus sympa.

Je ne reviendrais presque pas sur ces pages, donc si vous avez des trucs à y noter, allez-y et n’oubliez pas de les tenir à jour.

Votre mission, si vous l’acceptez :

Faire les pages ci-dessus
Remplir l’Index avec les numéros de pages

Je n’ai pas oublié la petite sélection dont je parlais plus haut. Je la mettrai un peu plus tard.

Prompts semaine 05 – Prompts week 05

Et voici sans plus attendre, les prompts de la semaine ! Chaque semaine, je partagerais un mot par jour pour vous aider à vous y mettre. A vous de l’utiliser comme vous voulez. Drabble, histoire sur la semaine ou le mois, idée d’intrigue, de personnage, de scène… ou rien du tout si ça ne vous inspire pas.

Without further wait, week’s prompts ! Each week, I’ll share a word a day to help you get writing. Do it as you wish. Drabble, story during the week or the month, idea for a plot, a character, a scene… or nothing at all if it don’t work.

01.  Efficace –  Efficient
02.  Hypocrite – Hypocritical
03.  Anxiété – Anxiety
04.  Sensuel – Sensual
05.  Perspicace – Perceptive

Lexique du (Scri)BuJo

English version here.


Alors, ça ne sera pas exhaustif tout de suite, mais je le remplirai au fil du temps, avec les termes anglophones ou un peu délicats que j’utilise. N’hésite pas à demander en commentaire à ce que j’en rajoute d’autres. J’applique en général à la version ScriBuJo — Bullet Journal d’Écriture.

BuJo — Bullet Journal : Je vous renvoie à cet article.

Calendex : Remplaçant du Future Log pour le planning sur 6 mois ou un an. Vue sous forme de calendrier en colonne. Plus pratique si on a des durées à surveiller ou beaucoup de trucs qui se répètent. Aussi, pour des petits trucs. Marche bien avec un code couleur.

Clés : Les puces, points, croix, petits symboles dont on se sert pour identifier les différentes choses notées dans le BuJo. Les basiques (proposées par le créateur) sont :

  • une croix pour une tâche faite ;
  • un point pour une tâche à faire (on trouve aussi une case vide) ;
  • un > pour une tâche reportée : par exemple le lendemain, le lundi ou le week-end suivant ;
  • un < pour une tâche sortie de la boucle : ce qui veut dire qu’elle est placée au mois prochain ou plus tard et qu’on en entendra plus parler pendant un moment. Je m’en sers pour les rendez-vous : je note de prendre rendez-vous, une fois fait, je coche la ligne et je note l’horaire sur une autre ligne. Une fois noté dans la partie mensuelle (le soir, si je n’ai pas pu le faire avant), je mets un < pour savoir que ça a été traité ;
  • un – pour une information ;
  • des symboles comme une ampoule pour une idée par exemple ;
  • un ! devant le reste pour dire que c’est important.

Dailies (Non pas « daylies », comme on trouve chez certains francophones qui ne savent pas écrire l’anglais) : Pages du jour avec les tâches, les rendez-vous et les événements du jour. Si tu n’écris pas toute la semaine, tu peux zapper les jours non nécessaires.

Done List : Liste de choses faites. Le contraire de la To Do List.

Future Log : Planning annuel ou sur 6 mois, selon les gens. Permets de noter longtemps à l’avance certains événements comme les vacances, les congés, les challenges d’écriture, ceux du blog, etc. Plus efficace pour les renseignements exhaustifs (comme des rendez-vous avec un lieu, une date et une heure) et quand on a pas trop de choses à y noter (il est toujours possible de faire jusqu’à un mois par page s’il y a besoin de place, le fait de mettre deux ou trois mois par page n’est pas une obligation).

Monthly : Page, habituellement double, préparant le mois à venir ou en cours. On reprend ce qui est dans le planning annuel et on étoffe.

Masking tape/washi tape : Scotch décoratif, fait en papier japonais pour les vrais (ceux d’Hema, Action & co ne sont pas des vrais washi tape même s’ils peuvent faire la même chose à condition de ne pas avoir besoin de corriger le tir). Sa propriété première est de pouvoir être décollé plusieurs fois sans abîmer son support. Il est aussi — souvent — partiellement transparent. Il est assez résistant pour faire des index ou des petits marques-pages (et bientôt, un tuto rien que pour vos yeux).

Printable : Fichier tout fait qu’il n’y a plus qu’à imprimer. Distribués gratuitement ou vendus, selon les cas. En général, les règles de licence, de propriété et de courtoisie entre autres, veulent qu’on ne donne pas le joli fichier à sa copine même s’il est gratuit. On lui donne le lien de la page ou du site où on l’a trouvé. Ça prend du temps à faire, ayez la gentillesse de rendre à César ce qui appartient à César et de faire au moins une visite et un peu de pub à la personne en question.

To Do List : Liste de choses à faire, qu’on coche au fur et à mesure. Le contraire de la Done List.

Tracker : Suivis, sous toutes les formes possibles. Pile de livres à colorier au fur et à mesure qu’ils sont lus, petites étoiles pour figurer des kilos perdus, j’en passe et des meilleurs. Ici, ce sera surtout des cases bêtes et méchantes. On fait dans le pratique, l’utile et le rapide, ici, ma petite dame/mon petit monsieur ! (À moins que je ne partage exceptionnellement des suivis de mon BuJo… mais dans celui d’écriture, pour moi, il n’est pas question d’investir du temps dans autre chose que le performant.)

Review : Bilan de la semaine, du mois ou de l’année, pour analyser ce qui marche, ce qui ne marche pas, pour l’améliorer sans cesse. La plus grande force du BuJo est son adaptabilité à la personne qui s’en sert, donc deux BuJo ne seront jamais identiques.

Les Bases du (Scri)BuJo

English version here.


Qu’est-ce qu’un BuJo ?

C’est très simple. Un carnet ou un classeur, selon les goûts et les besoins, qui servent de mémoire externe pour ne rien oublier et, en option, se fixer des objectifs. Pour le vocabulaire « technique », je vous conseille le Lexique. On peut aussi l’utiliser pour le développement personnel, mais ici, on va parler surtout du BuJo d’Écriture. Mais comme j’ai un fort instinct de contradiction, je vais partir dans les classiques pour cet article.

Déjà, BuJo, c’est le raccourci de Bullet Journal, nom donné par son créateur Ryder Carroll qui pourrait se traduire par Journal à Puces ou Journal à Tiret. Ça s’articule en plusieurs parties :

  • L’Index d’abord, qui sert juste de table des matières, mais qui est la force du BuJo. Au lieu d’avoir des tas de notes dans tous les sens, là, on sait où se trouve ce qu’on cherche, même si c’était la liste de course d’il y a trois mois ou les choses qu’on a promises qu’on amènerait à (belle) maman à Noël alors qu’on était en pleines vacances d’été.
  • On fait deux plannings simplistes. Un des 6 ou 12 mois à venir et un plus précis du mois en cours, histoire de savoir quand on a des rendez-vous, des factures à payer, etc. Pour les deadlines aussi.
  • On fait une liste de choses à faire (To-do list) au jour le jour. Au fur et à mesure, on coche ce qui a été accompli, on reporte ou on barre ce qui ne l’est pas.
    Pour celles et ceux que ça déprime ou que ça démotive, on peut aussi faire une liste de choses faites (done list) où on ne note qu’une fois que c’est accompli, donc pas de pression de voir s’accumuler des tâches qu’on repousse sans cesse.
    On peut en faire une en vrac pour le mois pour les tâches qui n’ont pas de date précise ou simplement pour se sortir enfin de la tête le fait qu’il faudra un jour racheter des cartouches d’encre, alors que bon, on a encore un peu de marge, mais ce serait bête de plus en avoir au pire moment, non ?
  • Et vient enfin ma partie préférée : les collections. Des listes, encore des listes ! Des statistiques, ou comme dirait LinksTheSun « J’aime les stats… ! ». Heu… pardon. Listes de ce que vous voulez. Livres à lire, courses à faire, objets prêtés, colis en attente, et bien d’autres. Le truc cool, c’est qu’on commence une liste à la prochaine page vide qu’on rencontre et qu’on continue le reste ensuite. D’où l’intérêt de l’Index. Donc pas besoin de se dire qu’il faut tant de pages pour telle semaine, non, c’est un bazar organisé. Et moi, j’adore ce concept !

Je vous recommande d’aller faire un tour sur le site officiel www.bulletjournal.com parce que c’est la base, l’essence même du truc. C’est en anglais, mais c’est assez visuel et avec ce que j’ai mis au-dessus, ça devrait aller. Sinon, n’hésitez pas, les commentaires sont là pour ça. Après, il y a toute une série d’astuces, de façons de faire, de jolis dessins, de stickers, de « printable » (des choses toutes faites à imprimer), mais ça c’est une autre histoire…