Bloquée, elle … (« Ivre, il … » version écrivain)

Suite à un bouleversement de planning et une petite crève, j’ai eu quelques jours à vide niveau écriture. Soit, ça arrive à tout le monde. J’ai réussi à lâcher un peu prise là dessus et à y remettre un peu de fun.

Ce matin, j’ai même réussi à faire les 3/4 d’une micro nouvelle assez ironique, dont j’avais eu l’idée avec mon homme. Niveau brainstorm chelou-productif, personne ne le bat pour l’instant. (Même si Sensei est pas loin… mais elle se fait généralement la voix de la raison, donc je ne prévois pas d’écrire 5+ micro nouvelles à chaque fois qu’on discute un peu.)

Assez fière du haut de mes 290 mots (1661 secs, ça fait tout de suite plus classe et plus gros !), je me mets à faire mon tableau Trello et bidouiller mon sondage, le tout pour les bêtas des micro nouvelles. Vous aurez des nouvelles (aha!) le mois prochain, histoire de bien lever le pied de mon planning précédent et laisser au nouveau le temps de prendre ses marques. Oui, je repousse tout de presque un mois. Je suis un peu triste, mais c’est comme ça.

Et là, tout à coup, c’est le drame ! Plus moyen de me remettre à cette micro nouvelle. Impossible de retourner dans le flow qui m’avait porté pour ce début et ce plus ou moins demi milieu. J’essaye, je lutte, je me débats. Rien. Bon, passons à autre chose. Je finis un ebook d’écriture et je retombe sur un auquel je voulais jeter un coup d’œil ce mois-ci… des prompts de fantasy. Après tout, je suis sensée faire des micro nouvelles, non ? Alors allons-y. Je lis l’intro et je m’arrête au premier.

Il ne va pas tel quel dans la série vu qu’il parle de gens qui peuvent capter la douleur des autres. Il est accompagné de deux pages de questions sur comment ça pourrait se passer, pourquoi, dans quelles conditions, bref, j’ai lu 5 pages et j’adore déjà ce bouquin mais… ça ne cadre pas. Par contre, une chose qui importante dans la série, c’est les émotions. Elles produisent déjà pas mal de petits effets KissCool par-ci par-là.

Bloquée, elle développe tout un pan de son univers en 15 minutes en reliant cinq choses a priori sans aucun rapport.

Et au passage, j’ai la vraie raison qui tache qui me permet de clôturer la 3e micro nouvelle, dont je ne vous ai toujours pas mis l’extrait. Mais ça, c’est une autre histoire ! Hé hé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *