La Renaissance des Masques. Saison 1, épisode 01, partie 3/7. Après plusieurs heures de marche, les trois jeunes filles arrivèrent au camp des Sauvages, où Mo’an vivait. Leur progression avait été ralentie par les chemins traîtres à flanc de montagne et les bourrasques imprévisibles. Les ombres des conifères et des reliefs s’étiraient, offrant davantage de cachettes aux monstres à l’affût de proies faciles. Les milices des Adorateurs ne patrouillaient qu’aux environs de leurs villages et elles en étaient très éloignées.

La Renaissance des Masques – Épisode 1 – Partie 3/7

Là où tout à commencé :

Derniers épisodes parus :


Et maintenant, la suite…

Après plusieurs heures de marche, les trois jeunes filles arrivèrent au camp des Sauvages, où Mo’an vivait. Leur progression avait été ralentie par les chemins traîtres à flanc de montagne et les bourrasques imprévisibles. Les ombres des conifères et des reliefs s’étiraient, offrant davantage de cachettes aux monstres à l’affût de proies faciles. Les milices des Adorateurs ne patrouillaient qu’aux environs de leurs villages et elles en étaient très éloignées.

Anya étira ses bras au dessus de sa tête lorsqu’elle apperçut le plateau où vivaient les Sauvages.

Enfin arrivées. Je suis pas contre quelques combats de temps en temps, mais là on a pas de temps ni d’oxygène à perdre. J’espère que le Shanov’in aura une solution. Une qui marchera ce coup-ci.

Un humanoïde très grand et mince les attendait, immobile. Sans ses vêtements qui accrochaient la lumière tout en dissimulant ses membres, il aurait pu passer pour un arbre. Deux fentes cachaient ses yeux, comme enfoncés dans son visage. Des racines sombres couvraient son crâne : un Züni.

Ils ne sortaient jamais de chez eux, que faisait-il si loin ?

Une voix grave et râpeuse les accueillit :

— Repartez d’où vous venez.

Kylee se redressa en bombant le torse, la tête sur le côté :

— On s’est pas tapé dix heures de voyage, entre la nacelle et le ménage dans la montagne, pour repartir ! On veut voir Mo’an et…

Le Züni, immobile, fixait Kylee d’un regard morne :

— Vous ne le verrez pas.

— Mais c’est…

— Non.

Les muscles des mâchoires de Kylee se crispèrent. La prêtresse se plaça à côté d’iel.

Pourvu qu’iel laisse faire Vidya.

— Nous représentons l’Archi-prêtre La’ai.

Le Züni l’interrompit, sans plus de respect qu’avec Kylee :

— Mo’an a assez souffert lors de la Guerre de Châtiment. Allez importuner un autre Shanov’in.

Vidya ne se démonta pas. Elle frappa le sol avec son bâton et se redressa.

— Nous avons déjà déployé nos moyens pour retrouver et interroger tous les Shanov’ins survivants. Même ceux qui souhaitaient vivre dans l’anonymat.

Aucun des deux ne baissait les yeux. Vidya vrillait son regard rouge dans le vert boueux du Züni. Elle y mit toute la persuasion qu’un Veda pouvait y mettre.

Anya se crispa en se voutant sous le poids. Ce pouvoir se manifestait par une pression physique et mentale simultanée. Pour mieux manipuler sa cible ? Peut-être…

Anya luttait pour rester silencieuse. Elle aurait supplié le Züni de les laisser passer pour que cela se termine.

Il ne cilla pas.

Anya chercha la main de sa sœur pour se rassurer. Elles voyageaient avec Vidya depuis des mois, mais elle n’était toujours pas habituée à ce pouvoir. La main de Kylee tremblait dans la sienne.

— Mais… souffla Anya, on essaye de sauver le monde, vous savez ?

La tête du Züni pivota dans un craquement sec. Son visage bougeait à peine. Sa voix ressemblait au bruissement du vent dans le feuillage d’un arbre, mais elle vibrait d’une colère sourde.

— Un monde que Mo’an vous a offert. Qui lui a tout coûté. Sauf la vie. Je ne le laisserais pas se mettre à nouveau en danger pour des ingrats. Cessez de croire qu’il possède toutes les réponses. Ce n’est pas le cas. Que le monde se trouve un autre héros. Il a assez donné.

Vidya relâcha son pouvoir.

Anya baissa la tête et s’affaissa, comme vidée.

Elle ne connaissait pas grand-chose à la Guerre de Châtiment.

Les Puches n’y avaient pas pris part, comme les autres peuples ne voulaient pas d’eux. Une poignée d’individus isolés s’étaient mêlés aux combattants, mais leurs dirigeants s’étaient concentrés sur leur survie. Et elles étaient trop inexpérimentées pour avoir servi à quoi que ce soit à l’époque.

Kylee se campa sur ses jambes et entra une instruction courte sur son communicateur. Son pantalon et ses gants s’allongèrent. Des protections émergèrent aux articulations. Iel dégaina son épée de son fourreau magnétique :

– An, il est seul, il pourra pas nous retenir longtemps.

La tête du Züni se décala encore d’un cran, avec le même craquement. Il posa son regard mort sur Kylee :

– Qui te dit que je suis seul ?

Des monticules d’un mètre de haut surgirent de la terre en crissant et des formes humanoïdes en sortirent en se redressant. Ils ressemblaient à un croisement entre félidé et canidé debout. Leurs muscles saillaient sous la peau de leurs membres épais. Leur pelage court, gris à brun, presque noir pour certains, couvrait l’essentiel de leurs corps. Des lanières de cuir ceinturaient des morceaux de peaux animales ou de tissu, qui devaient s’apparenter à des vêtements. Leurs gueules débordaient de crocs d’une taille proportionnelle à leur stature. Ils ne dépassaient pas le Züni, mais il n’avait pas besoin de bouger pour les fixer dans les yeux.

En un instant, ils encerclèrent les trois jeunes filles et le Züni. Anya ne capta que le léger frottement de leurs pattes sur le sol. Ils formaient un cercle compact.

Impossible de s’échapper.


Suite vendredi 15 mars.

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter dédiée (un seul envoi hebdomadaire avec le lien direct de l’épisode et les annonces des nouveautés).


1 commentaire sur “La Renaissance des Masques – Épisode 1 – Partie 3/7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *