La Renaissance des Masques – Épisode 2 – Partie 7/13

Là où tout à commencé :

Derniers épisodes parus :


Et maintenant, la suite…

Vidya s’approcha au point de sentir l’haleine gâtée de son interlocuteur sur ses joues. L’intonation de la prêtresse devint grave et dure :

— Vous condamnez les troupes avec vos suppositions, ainsi que l’Archiprêtre.

L’homme sursauta. Vidya se retourna avec emphase, planta son bâton et harangua la foule ruisselante devant elle.

— En tant que représentante de l’autorité de l’Archiprêtre, je vous mènerai au Temple. Que les mages d’Ouros s’avancent et que les autres se regroupent par quatre. Nous passerons par-dessus les murs, avec la magie s’il le faut !

Seul le crépitement des gouttes de pluie sur le sol et les flaques lui répondit.

Une femme d’une trentaine de cycles se détacha des rangs. Ses longs cheveux violets humides luisaient, auréolant son visage harmonieux. Rares étaient les personnes qui pouvaient se vanter d’avoir autant d’allure une fois trempées. Le menton levé, elle mit ostensiblement en avant les cristaux qui ornaient sa tenue. Une mage. Capable d’utiliser les quatre magies qui plus est.

— Nous allons nous épuiser avant le combat, c’est ridicule.

Vidya la dévisagea, les poings serrés sous ses manches larges.

— Une meilleure suggestion ?

La mage recoiffa une mèche sur le côté avec une lenteur calculée, haussa les épaules et montra les paumes des mains, d’un air condescendant :

— Sans magie, aucune force de frappe. À vous de trouver un moyen d’entrer maintenant que vos Shanov’ins nous ont coupé tout accès.

Ce ne sont pas « nos » Shanov’ins, ils sont libres de leurs actions. Ces idiots d’humains sont d’un limité… Ils ne relèvent que ce qui les arrange !

Des voix s’élevèrent. Comme d’habitude, chaque type de combattant se pensait indispensable et meilleur. Du coin de l’œil, Vidya remarqua que les jumeaux s’agitaient, surtout Kyle. Son épée n’avait pas quitté son fourreau au-dessus de sa cape, sa sœur le canalisait encore. Un souci en moins, c’est déjà ça.

Rester calme. Nous sommes tous sous pression, nous voulons tous aider. Même Tom’ai, à sa manière…

La prêtresse rejeta les épaules en arrière.

— Je viens d’arriver, se défendit-elle en tapant du bâton au sol pour ramener le calme. Haut Prêtre Tom’ai, où sont les Shanov’ins ?

Le vieil homme désigna un groupe assis vingt mètres plus loin, l’autre côté de l’arche fermée. Vidya voulut indiquer à Anya de rester immobile avec son frère, mais les jumeaux l’avaient rejointe. Kyle fixait sa sœur d’un regard lourd et lui faisait signe d’accélérer le mouvement. Anya se tordait les doigts. Elle hocha la tête et lui glissa à l’oreille :

— Ça va te paraître bête… Pourquoi vous voulez utiliser la magie pour passer au-dessus ? Un grappin, une échelle ou une corde, vous devez bien avoir ça, non ?

Heureusement, elle avait chuchoté et ce n’était pas Kyle qui s’était exprimé. La délicate attention lui apporta un peu de réconfort. Vidya se massa les tempes. Elle devait faire l’effort de lui répondre avec gentillesse, mais sans s’étendre sur le sujet pour autant.

— Avant toute chose, c’est sacrilège de toucher la muraille. Mais pour faire simple, elles sont créées par magie, un peu comme les Incarnations. C’est pour cette raison que ce sont les Shanov’ins qui se sont chargés de les modifier. Ces murs ont comme propriété de repousser tout contact physique. On ne peut pas les détruire avec des armes.

Kyle ouvrit la bouche, les sourcils froncés, mais Vidya l’interrompit d’un geste de la main.

— On ne peut pas non plus les escalader. Les échelles ne sont pas envisageables non plus. Elles seraient projetées dans le sens inverse avec la même puissance avec laquelle elles ont été posées. Et cela ne sert à rien de les poser doucement, elles seraient tout de même repoussées. Elles ne flotteraient pas contre une barrière invisible, elles retomberaient.

Le Puche croisa les bras :

— Si c’est sacrilège, comment tu sais tout ça ?

Vidya serra les lèvres, étouffant un juron. Elle se détourna avec emphase pour qu’il comprenne que la discussion était close.

Ce n’est pas le moment. Quand apprendra-t-il la retenue ?

Une crampe au ventre rapella Vidya à l’ordre. Son angoisse se rapelait à son bon souvenir, prenant le dessus sur l’agacement. Et puis, elle était en présence de la fine fleur des Temples, elle ne pouvait pas se permettre de céder à ses émotions.

Les Shanov’ins étaient affalés contre la pierre, d’épuisement. Vieillis par les épreuves, certains avaient le regard mort alors qu’ils n’avaient pas la trentaine. D’autres, plus âgés, attendaient la fin, comme si plus rien n’avait d’importance. Ils ne souciaient pas d’être assis dans la boue, ou même une flaque pour certains. Ils s’étaient effondrés là et étaient incapables de bouger.

Leur unique point commun était leur état de santé. Épuisés, le souffle court, la respiration lourde. Ils ne levèrent pas les yeux quand la prêtresse s’approcha.

Elle pinça les lèvres. L’élite des forces des Temples était tombée bien bas. Heureusement que La’ai n’avait pas pu achever sa formation avant la défaite de Châtiment. Elle n’aurait pas supporté de le voir ainsi, comme mort de l’intérieur.

Vidya raffermit sa prise sur son bâton et invita la Brume d’Yla à dynamiser les corps fatigués devant elle. L’air s’illumina avec douceur et un léger vent frais et agréable les caressa. La plupart n’eurent aucune réaction. Un jeune redressa la tête, comme au ralenti. Sa voix était éraillée et lasse :

— Prêtresse ?

— Pouvez-vous nous ouvrir un passage ? Même quelques instants ?

Il retomba en léthargie un moment. Vidya hésitait entre l’aider et le secouer. Les Shanov’ins étaient ce qui s’approchait le plus des Esprits Gardiens. Nul ne pouvait les toucher en dehors de leurs escortes. Seul un prêtre pouvait accorder ce droit à un guérisseur ou un passeur. Cela requérait toute une cérémonie de purification puis une seconde pour obtenir le pardon.

Le temps pressait. Elle pourrait toujours porter le blâme ou demander pardon une fois La’ai et les autres en sécurité.

Le Shanov’in reprit d’une voix faible :

— Fermer le mur nous a pris toutes nos forces. Si nous l’ouvrons, nous ne savons pas si nous pourrons le refermer.

— Combien de temps d’après vous avant la nouvelle fermeture ?

Il la fixa droit dans les yeux et elle ne put réprimer un frisson.

— Quelques jours, quelques mois, jamais. Nous pourrons l’ouvrir, mais…

Sa voix s’éteignit. Il était à bout. Son regard pâle devint vitreux, mais ne quitta pas encore Vidya. La prêtresse tenta d’avaler la boule dans sa gorge.

— La refermer sera au-dessus de vos forces, acheva Vidya.


Suite vendredi 31 mai.

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter dédiée (un seul envoi hebdomadaire avec le lien direct de l’épisode et les annonces des nouveautés).


2 commentaires sur “La Renaissance des Masques – Épisode 2 – Partie 7/13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *